Chronique d'un train n°1

de 19h38 à 21h01 ---> 1h23 de voyage

Duplex haut. Place assise. Fenêtre.

 

Un deux ? Un deux ? Test ?

Ici le capitaine Storm. Je suis une jeune étudiante française, petite, énergique... de ceux qui passe leur temps à se balader, tiraillé entre leur ville d'origine et le lieux de leur étude, de ceux qui se retrouve de cette manière une fois par semaine -ou une fois toute les deux semaines- dans un train, -ou un covoiturage !- Pour ma part vous l'aurez sans doute deviné, je prends généralement le train...Parceque :

 

dans la vie, j'aime : la vie ; la musique ; les gens ; les voyages en train  et les cafés. J'adore observer et goûter le monde autour de moi, j'aurais voulu être exploratrice, j'aime parler à des inconnus dans la rue et découvrir de nouveaux univers humains, de nouvelles manières de voir les choses, ou de les dire. Mon amour des trains ne date pas d'hier, même si ma vie étudiante viens à peine de commencer (c'est en tout cas mon impression, le temps file trop vite pour que je le mesure...)

dans cette petite bulle chaude et confortable le temps s'arrête le temps d'un trajet, pendant quelques heures : une durée fixe et connue. Le paysage défile, et chacun sait qu'il va devoir rester assis pendant cette « durée fixe », aussi tous le monde s'occupe, s'affaire, s'endort, s'ennuie...Des centaines d'inconnus rassemblés dans un train...et chacun à son histoire, ses caractéristique, son styles, ses tics, sa classe sociale...de manière plus ou moins hétéroclite, fascinant non ? Ainsi le voyage ne sera quasiment jamais le même... !

J'ai donc repêché au fond de mon sac à dos mon vieux bic quatre couleur pour couvrir ma page de rouge (le noir est épuisé et épuisant !  ) et commencer cette première chronique d'un train, la première d'une longue série j'espère.

 

Nous sommes donc un vendredi soir, la nuit est déjà tombée et j'ai la chance d'être dans un duplex haut coté fenêtre, je n'ai pas de voisin et je suis située en bout de wagon, la place parfaite pour observer tous les déplacements. La vitre me renvoie mon reflet interrogatif, miroir casi-parfait qui me cache le paysage. De toute manière comme je l'ai déjà dit, il fait nuit noir, il n'y a donc pas grand chose à admirer dans la campagne non éclairée.

Voyons les passagers.

...

A ma droite, deux jeunes gens. D'un ou deux ans mes aînés, pas plus.

Une femme, un homme. Ils ne se connaissent pas. La jeune femme, appelons la Emma, est habillée tout en rouge : vêtements larges, pantalon bouffants de toiles rouge, tee shirt rouge, cheveux châtain attachés en un chignon rapide, pas maquillée, elle a gardé avec elle une mallette d'ordinateur et un sac usé, entre patchwork et motif pop art/comics/pulp....Ah ouai, et elle à des vielles chaussures en cuir...teintée rouge bien sure.

Elle sont tellement cool.

Bon. Emma a l'air de se faire grave sué ...elle ne doit pas aimer les voyages en train ! Passons à son voisin, Jack disons. Grosse veste noir, cheveux brun emmêlés, peau blanche et nez droit, il tapote sur son ordinateur avec plaqué sur le visage l'air insomniaque du héros de fight club. Je pensais d'abord qu'il bossait, mais vu la position de ses doigts, il game. Y'a un truc qui clignote...un vaisseau spatiale peut être. Bon...devant Emma, Il y'a Catherine. Femme. Cheveux court. Dans la cinquantaine...quarantaine....chaussure de cuir gris clair, clean, en parfait état, pantalon de toile, également gris clair, un peu taupe, sac de cuir...faux cuir...gris clair. Assortis, bien sure. Et avec tous ça, comme sortis d'un magazine de mode à deux euros, un atroce chemisier à fleur, dans les coloris jaune, roses, turquoise et brun. C'est terriblement moche mais d'une manière assez fascinante, la tenue est admirablement soignée, et passe d'une manière irréel pour très distingué Le tout est accompagné de boucle d'oreille et bracelets bon marché mais discret...Madame a d'abords rédigé un looooong mail, et joue maintenant au solitaire...Puis à un autre jeux chiant avec des boules colorées sur son télèphone blanc...Avec ses lunettes elle fais maman trop sucrée et un peu arrogante

*soupir *

Oui 50 ans . Ah...jack a fermé son pc et observe lui aussi son reflet dans la nuit...puis les gens, comme moi. Plus le temps passe, plus Emma s'effondre. En ce moment, le monde à l'air fatigué, peut être le changement d'heure.

Voyage relativement ennuyant dans l'absolue. Mon foulard est imprégné d'une forte odeur de café et je retourne a la lecture de dragon ball.

 

-Terminé -

 

Premier arrêt en gare. Jack s'en va, Il avait un sweat bleue et un jean.